RÉFORME ÉLECTORALE :Entre la démocratie et le développement, Alphonse Ngoyi Kasanji opte pour le Développement de la RDC

RÉFORME ÉLECTORALE
*Entre la démocratie et le développement, Alphonse Ngoyi Kasanji opte pour le Développement de la RDC*
Le sujet semble banal, minimiser, pourtant il va de l’intérêt de scientifiques, politologues et juristes à y réfléchir.
Il s’agit de la réforme du système électoral de la République Démocratique du Congo qui semble lourd de poids du point de vue non seulement de la mobilisation des recettes quant à l’organisation du scrutin présidentiel porteur de germes de conflits, mais surtout déchire les communautés pour qui, s’arrange de tel ou tel autre côté tribal, puis épuise les candidats qui ont du mal à sillonner les 146 territoires dépourvus des routes viables.

Soucieux d’alléger le système électoral et privilégié le développement de la République Démocratique du Congo, Alphonse Ngoyi Kasanji, député national surgit avec cette proposition de loi, qui modifie et complète les dispositions de la loi n° 06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaine, municipale et locale, telle que modifiée et complété par la loi n° 11/003 du 25 juin 2011, la loi n° 15/001 du 12 février 2015 et la loi n°17/003 du 24 décembre 2017.
Pour le député national PPRD élu de Mbuji-Mayi au Kasaï Oriental,
” *L’élection présidentielle au Second degré va éviter à la République des contestations qu’elle a toujours connues pendant ses trois cycles dernier*, soutient-il.
Pour l’ancien gouverneur du Kasaï Oriental, *l’élection présidentielle au second degré sera publique au Parlement, et la population verra le résultat le même jour sans que cela soit caché et décidé dans une plénière à la CENI*, poursuit-il

Bien que sa proposition immatérielle à ce jour, Alphonse Ngoyi Kasanji se dit, jusqu’à ce jour, il réfléchit avant de faire une proposition à sa famille politique qui va traduire cette réflexion en une proposition de lois qui sera transmise au Parlement qui va en décider en dernier ressort, précise-t-il.
Pour ceux qui ont toujours accusé à tort le Front Commun pour le Congo de Joseph Kabila d’une caisse de résonance, Alphonse NGOYI KASANJI député National PPRD, par son initiative les défie et affirme qu’il y a bel et bien débat houleux au sein de sa famille politique.
Outre la proposition de loi initiée par dix élus nationaux toutes tendances politiques confondues par certaines innovations discutables par la plénière, *l’élection du Président de la République au suffrage indirect repose sur l’article 5, alinéa 4 de la Constitution, soutient l’honorable député national Alphonse NGOYI Kasanji.

*Pius Romain Rolland*

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *