Dissolution de l’Assemblee Nationale dans l’oeil du cyclone.

L’insubordination, l’arrogance des membres de CACH qui siègent au Parlement contre leurs  chefs hiérarchiques ne sont pas des faits anodins.
La majorité parlementaire de Joseph Kabila au sein de l’Assemblée nationale, le Sénat et les assemblées provinciales donnent l’insomnie à la coalition CACH, plus particulièrement à l’UDPS.
On attend vociférer les combattants de l’UDPS la dissolution de l’Assemblée nationale, lire à tort la disposition constitutionnelle de l’article 148. Autant d’éléments qui sous-tendent la provocation du camp présidentiel contre les institutions législatives.
Le Gouvernement non plus n’est pas épargné par les déclarations incongrues de certains membres dudit Gouvernement.
Si à l’Assemblée nationale, Jean Marc Kabund À Kabund, premier vice-président du bureau se caractérise par des déclarations militantistes, dans les allégations à contre pied sur les 7 millions de dollars devant engloutir le Congrès qui devrait déchoir le Président de la République selon son entendement sans en fournir la moindre explication sur le courrier lui adressé par l’honorable Jean Jacques Mamba ; et qu’au Gouvernement c’est un autre membre de l’UDPS Sylvain Mutombo qui se déclare opposant à son gouvernement dont il est vice ministre à la Défense nationale, l’avant dernier épisode de la provocation de l’UDPS est signé Bijoux Goya Kitenge. La sénatrice membre de l’UDPS, transfuge de l’AFDC-A, a dévoilé au grand jour là conspiration à travers une correspondance contre Alexis Thambwe Mwamba. Depuis l’élection de l’ancien PDG de l’OFIDA au bureau de la chambre haute du parlement, le camp UDPS  est dans l’insomnie cauchemardesque. L’homme est connu pour son honorabilité, sa probité morale, son intelligence, sa personnalité, son parcours politique. Devant les apprentis politiques et nouveaux riches, c’est la panique.
D’où, les stratégies et stratagèmes de provocation contre Jeannine Mabunda Lioko Mudiayi (Présidente de l’Assemblée nationale FCC), Alexis Thambwe Mwamba (President du Sénat FCC). Le but est de parvenir à 148 de la Constitution. Or, cette dernière dit : En cas de crise persistante entre le Gouvernement et l’Assemblée nationale.
Pourtant à ce jour, la chambre basse et l’exécutif central ne se plaignent pas.
Ceci explique cela, que les apprentis politiques de l’UDPS souffrent de déficit scientifique et juridique de la compréhension de la loi fondamentale. Laquelle n’a jamais été digérée par l’UDPS malgré le référendum organisé.
L’épisode Bijoux Goya Kitenge contre Alexis Thambwe Mwamba est une goutte d’eau dans l’océan. Le Président du sénat n’est pas né de la dernière pluie. Son expérience politique, sa gestion non contestée des Entreprises de l’Etat, à l’image de la DGDA, ex OFIDA sont avérées. ” Je suis venu au bureau du sénat pour laisser les empruntes”, avait-il souligné dans son discours après son élection. Venir faire du “Fric” selon la proposition de la sénatrice Bijoux Goya Kitenge transparent déjà les mobiles pour lesquelles les membres de CACH sont dans les institutions. Non pas pour servir la République, non pas répondre à leurs fables politiques de faire du Congo le paradis, plutôt se servir. “C’est notre tour de manger”, attendons nous certains déclarations de ce camp Politique Présidentiel. Depuis que le Congo avait acquis le statut juridique de l’État indépendant, c’est la cinquième Présidence qui se caractérise par des scandales financiers où, le plus proche collaborateur du Chef de l’Etat présumé accusé dans cette saga financière. De mariage pompeux, l’exhibitionnisme de la nouvelle bourgeoisie, l’incompétence dans la gestion de la Rex publica, l’intolérance verbale, la violence verbale et physique, le tribalisme, le népotisme, l’irresponsabilité sont les nouvelles sciences politiques de l’actuel régime incarné par le CACH à la présidence de la République.
Dès informations qui glanent par ci par là, Bijoux Goya Kitenge n’est pas à sa première tentative séductrice. Les Hauts Katangais en savent davantage à l’INAFEC de Gabriel Kyungu wa Kumwanza, à en croire l’audio qui circule sur la toile.
Ceci justifie cela, qu’une grenouille ( Bijoux Goya Kitenge) voulait se faire grosse que le bœuf (Alexis Thambwe Mwamba).
Pius Romain Rolland
Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *